fr / en

Heure brute (bore out)

Pour une importante part de la population française, en 2018, une heure de temps passée au travail représente 9,88 euros. Matérialisée dans la plus petite unité monétaire, la valeur d’une heure travaillée trouve son expression physique la plus étendue et la plus pesante mais aussi la plus encombrante, la plus insignifiante.

Le ‘bore out’ est l’une des inadéquations entre le rythme personnel de l’employé et celui qui lui est imposé : à l’inverse du ‘burn out’, c’est par l’ennui et la vacuité que le travailleur est mis hors de lui. Le ‘brut’ résonne alors comme un écho à la brutalité, la rudesse d’un temps subi.

La ligne formée par les pièces suggère plusieurs lectures et finalement de mesurer son propre rapport, singulier, ambigu, contextuel à l’argent, au temps, au travail, au temps libre. Elle est d’abord une coupe dans le temps, la tranche d’un centime remplaçant la seconde pour approcher l’instant, le temps ressenti. Mais aussi une coupe dans le flux des échanges monétaires puisque cette somme ne sera plus dépensée. Les pièces ainsi retirées de la circulation évoquent pourtant d’autres flux en formant une barre de cuivre, matériau conducteur, rappelant les fils électriques et tuyaux véhiculant l’eau.

La pièce d’un centime est en France la plus frappée chaque année, pourtant elle pourrait être retirée de la circulation, son coût de production étant supérieur à la valeur qu’elle incarne. Les pièces, extraites des flux financiers, prennent une autre valeur en tant que constituante d’une oeuvre d’art, mais elles pourraient aussi prendre de la valeur si la Commission Européenne décidait de supprimer les pièces de 1 et 2 centimes.

<

mosaic